Parce que j'ai franchement du mal à supporter la stupidité, je souhaiterais revenir sur la critique qu'a produite un journaliste pendant un meeting à Barcelone. Celui-ci dénigrait le dogme du contenu de marque, et qui a bien entendu fait l'effet d'une bombe dans l'auditoire. La remarque fait aux marques d’envahir la fonction d’éditeur est relativement fréquente. Néanmoins, le fait que des experts autoproclamés le ressortent à tout bout de champ, comme si le contenu était une sorte de domaine privé dans laquelle les marques ne seraient pas bienvenues m'a toujours déconcerté. Cette accusation est souvent établie sur le sentiment qu’il y aurait au sommet une intelligentsia qui détiennent la vérité et qui doit éduquer la populace qui ne sait pas. Evidemment, il faut veiller sur les consommateurs, parce qu'ils ne seraient pas capables d’eux-mêmes de faire la différence entre une publicité dissimulée et un contenu réel. L'expérience que j'ai très régulièrement avec les échantillons de consommateurs, c’est que les publics sont en réalité en prise avec des publics avisés, parfaitement conscients des principes de la communication et du marketing. Ils savent très bien dissocier des contenus à vocation commerciale, des contenus à vocation éditoriale, des contenus mixtes. Bien entendu, les appels à respecter l'éthique restent justifiées (je songe tout particulièrement au brand content à l'adresse des petits), et il est important de le prendre en considération. Certains secteurs doivent évidemment être préservés de la présence des marques. Pour autant, toutes ces précautions ne doivent pas devenir une justification pour dénier à l'individu la capacité de juger seul des contenus qui lui sont proposés. La seule condition est la nécessité de pouvoir identifier l'initiateur, et son intention. S'il est vrai que le consommateur a pris le pouvoir, ce pouvoir ne s'applique pas aussi sur les médias habituels. Les marques peuvent tout autant capables de proposer des contenus aussi qualitatifs que les médias. Ce séminaire a montré encore une fois à quel point les médias classiques s'inquiètent de la venue de ces nouveaux éditeurs.Encore plus d'information sur ce séminaire à Barcelone en surfant sur le site de l'organisateur.