Chroniques d'Hassan Cheyeb

06 juin 2018

Urgences hospitalières: de nombreuses substances en cause

Les données émanant des urgences hospitalières peuvent livrer des enseignements sur les problèmes aigus liés aux drogues. European Drug Emergencies Network (Euro-DEN Plus – le Réseau européen des urgences liées aux drogues), qui recense les passages aux urgences pour des problèmes liés aux drogues dans 15 hôpitaux «sentinelles» de neuf pays européens, fournit des informations à ce sujet. Sur les 5 054 passages aux urgences enregistrés par le projet en 2015, l’âge médian des personnes concernées était de 31 ans et les hommes (77 %) étaient à l’origine de la majeure partie des visites. En moyenne, chaque passage aux urgences impliquait 1,5 substance psychoactive (pour un total de 7 768 identifications) (voir figure 3.8). Près de deux tiers des passages aux urgences (65 %) concernaient l’usage de drogues traditionnelles, essentiellement héroïne, cocaïne, cannabis, GHB/GBL, amphétamine et MDMA/ecstasy; un quart (24 %) concernait des médicaments délivrés sur ordonnance ou en vente libre qui avaient été détournés de leur usage (le plus souvent des opiacés et des benzodiazépines); et 9 % de ces passages étaient dus à de nouvelles substances psychoactives (contre 6 % en 2014). La moitié des passages aux urgences pour des problèmes liés aux nouvelles substances psychoactives concernaient une cathinone de synthèse et 14 % un cannabinoïde de synthèse. Les drogues à l’origine des passages aux urgences différaient selon les hôpitaux, reflétant ainsi les habitudes locales de consommation. Par exemple, les situations d’urgence liées à l’héroïne étaient les plus courantes à Dublin (Irlande) et à Oslo (Norvège), tandis que les passages aux urgences pour des problèmes liés au GHB/à la GBL, à la cocaïne et à la MDMA/ecstasy prédominaient à Londres (Royaume-Uni). La majorité (80 %) des personnes admises pour une intoxication aiguë liée aux drogues ont pu quitter l’hôpital dans les 12 heures, une petite minorité (6 %) de patients ont développé une intoxication grave, nécessitant une admission en soins intensifs, et 4 % ont été placés en unité psychiatrique. Environ la moitié (9) des 17 décès enregistrés étaient liés aux opiacés. Rares sont les pays dans lesquels existent des systèmes d’observation qui permettent d’analyser au niveau national les tendances dans le domaine des intoxications aiguës liées aux drogues. Parmi ces pays, les situations d’urgence liées à des problèmes aigus d’héroïne sont en hausse au Royaume-Uni, mais leur nombre continue de diminuer en République tchèque et au Danemark, où les situations d’urgence liées à la méthadone sont en augmentation. En Lituanie, les situations d’urgence liées aux opiacés ont presque doublé entre 2013 et 2015. En Espagne, la cocaïne est à l’origine d’environ la moitié des situations d’urgence déclarées en rapport avec la consommation de drogues et cette tendance se stabilise après un déclin, tandis que les situations d’urgence liées au cannabis continuent d’augmenter. La Slovénie signale également une tendance à la hausse en ce qui concerne les situations d’urgence liées au cannabis. Aux Pays-Bas, la moitié (51 %) des passages dans les postes de secours présents sur les sites de festivals concernaient la MDMA/ecstasy et ce taux est en diminution. En République tchèque, les situations d’urgence liées à la méthamphétamine enregistrées par les centres sentinelles ont augmenté de plus de 50 % entre 2014 et 2015.

Posté par hassancheyeb à 13:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 avril 2018

Le recyclage des avions de chasse

La plupart des maisons et des caves humaines sont remplies du même vieux meuble de meuble d'un vieux magasin de meubles ennuyeux. L'art sur les murs provient d'une chaîne haut de gamme ou est rapidement jeté avec quelques traits de peinture qui ont été inspirés par les dernières modes sur une émission de télévision DIY. Cela ne doit pas être comme ça ... pour un peu d'effort supplémentaire et un investissement raisonnable, vous pouvez avoir de l'art et du mobilier sur le thème de l'aviation poli miroir unique et passionnant autour de votre maison. Ce sera très brillant, il aura une histoire réelle et il vous fera l'envie de vos amis. Avant de rêver d'une table à manger fabriquée à partir d'une aile d'avion de chasse ou d'une magnifique hélice d'époque WW2 suspendue à votre mur, vous avez besoin des bons outils. Sans les bons outils, vous tomberez au premier obstacle. J'ai appris cela d'une expérience amère après avoir pensé que je pouvais obtenir une finition miroir sur une seule pièce, avec un simple ensemble de polissage monté sur perçage! Sauf si l'objet est petit, cela n'arrivera pas. Il existe un large éventail d'outils disponibles quel que soit votre budget. Plus vous dépensez, plus ils dureront (ce qui signifie que vous pouvez créer de futures pièces) et ils feront également un travail léger du travail à portée de main. Essentiellement, deux ou trois outils différents sont requis. Le premier et le plus important outil dont vous aurez besoin est une ponceuse orbitale avec différentes qualités de papier de verre, allant de 200 ou 400 grains jusqu'à 1000 ou même 2000 grains. Vous pouvez acheter une bonne ponceuse pour environ 45 £, ce qui sera idéal pour la plupart des petits et moyens projets. Si vous dépensez plus de £ 250 cependant, vous aurez un bon bourreau de travail fort qui est parfait pour de grands ou plusieurs projets. Certaines ponceuses orbitales, en utilisant des pièces jointes, servent également de tampon pour l'étape de mélange / polissage. C'est un bon moyen de vous faire économiser de l'argent, mais il peut être utile d'avoir un outil séparé pour cela (encore une fois les prix vont d'environ £ 50 - £ 300 +) pour minimiser l'usure. Vous aurez besoin de trois têtes de polissage et de divers composés de polissage en fonction de la pièce sur laquelle vous travaillez. Par exemple, vous aurez besoin de différents composés pour l'aluminium comme vous le feriez pour le titane ou l'acier. Personnellement, je recommande la gamme Nu-Shine de Nuvite, car elle vous évite d'avoir à fouiller avec des blocs composés qui peuvent être très salissants. Enfin, vous aurez besoin d'un bon outil de polissage. Je vous recommande vivement le Cyclo 'Orbital' 6CE, qui, bien que cher à environ 350 €, ne laisse pas de traces de polissage! Il réalise ceci à travers deux têtes de polissage uniques qui imitent le mouvement circulaire de votre main. Cela vous épargnera des heures interminables d'essayer d'obtenir une finition miroir sans strie. Enfin, d'autres outils dont vous aurez besoin seront les tournevis habituels, les clés, les scies à métaux, etc. et un ensemble de polissage mini-alimenté pour les coins et recoins. Maintenant vous avez les bons outils, vous devez décider quel meuble ou art que vous voulez faire, établir un budget et s'y tenir! Planifiez également votre projet à fond. Par exemple, si vous voulez faire un pupitre d'avion, comment va-t-il se débrouiller tout seul? Y aura-t-il des points d'alimentation intégrés? Aurez-vous des tiroirs? Voulez-vous adapter l'éclairage? Recherche toutes les méthodes pour faire les pièces dont vous aurez besoin, comme les pieds de la table, la meilleure façon de les ajuster, etc. La préparation est la clé. Quand il s'agit d'acheter des pièces d'avion, eBay est votre ami. Il y a littéralement des milliers de pièces d'avion à partir de moteurs à réaction fonctionnant entièrement aux cadrans de cockpit simples. Beaucoup ont une histoire riche et une histoire à raconter ou certains sont de «nouvelles parties anciennes» qui n'ont jamais été utilisées. Quand il s'agit de l'histoire, par exemple une aile de Spitfire WW2 écrasée, je ne recommanderais généralement pas l'acheter, décapant toute la peinture, polir et se transformer en meubles. Cela détruirait l'histoire réelle et il devrait être laissé tel quel et accroché à votre mur. Recherchez plutôt des objets communs, tels que des panneaux RAF Tornado qui sont assez facilement disponibles et ne peuvent pas être tracés à un avion spécifique. Ceux-ci font des tentures murales fantastiques et sont généralement disponibles pour environ £ 150. Mon dernier projet était basé autour d'un panneau Tornado et fait un bon sujet pour cet article. La pièce que j'ai récemment terminée était un panneau de moteur RAF Tornado qui a été transformé en un fantastique morceau d'art mural poli miroir. Le panneau lui-même que j'ai acheté à eBay pour £ 180 et il est unique en ce qu'il a subi des dommages (un trou de taille de poing) lors d'un atterrissage lourd. Cela le transforme automatiquement en un démarreur de conversation intéressant. Mais comment le transformer en art mural poli miroir? Vous pouvez appliquer le processus suivant à la plupart de vos projets d'aviation, qu'il s'agisse d'une chaise de bureau à siège éjectable ou d'un bureau d'aile d'avion. Prenez votre temps, patientez et économisez des milliers de livres plutôt que d'en acheter une qui a déjà été faite pour vous. Davantage d'information sur ce vol en L39 Albatros à La Roche sur Yon en cliquant sur le site de l'organisateur.

Posté par hassancheyeb à 10:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2018

La situation en Libye

L’année dernière en Libye, trois gouvernements rivaux et plusieurs centaines de milices et de groupes armés continuaient de se disputer le pouvoir ainsi que le contrôle du pays, des routes commerciales lucratives et des places militaires stratégiques. Le gouvernement d’union nationale (GUN) soutenu par l’ONU a l'année dernière encore renforcé ses positions à Tripoli, la capitale du pays, gagnant graduellement du terrain grâce à des alliances stratégiques et souvent, aussi, à l’issue d’affrontements armés. En mai, la Brigade des révolutionnaires de Tripoli et la Brigade d’Abou Salim, toutes deux affiliées au ministère de l’Intérieur du GUN, ont chassé la coalition de milices soutenant le gouvernement de salut national (GSN) des positions clés qu’elle occupait à Tripoli, notamment du site de la prison d’Al Hadba, où étaient détenus d’anciens hauts responsables du régime de Mouammar Kadhafi, et de l’aéroport international de Tripoli. Elles ont pris le contrôle de zones stratégiques essentielles telles que la route menant à l’aéroport. L’autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL), commandée par Khalifa Haftar, a consolidé son pouvoir et réalisé d’importantes avancées dans l’est du pays à la suite de la victoire qu’elle a remportée sur le Conseil de la choura des révolutionnaires de Benghazi (CCRB) à Benghazi, et après avoir chassé les Brigades de défense de Benghazi (BDB) de cette ville, du terminal pétrolier de Ras Lanouf et de la base militaire d’Al Joufra, dans le désert. En mai, la 3e Force de Misratah a attaqué, avec le soutien des BDB, la base aérienne de Brak al Shati ; 141 personnes ont été tuées au cours de cette attaque, parmi lesquelles des soldats de l’ANL. Cette dernière a repris le contrôle de la base aérienne, aidée en cela par des frappes aériennes de l’armée de l’air égyptienne. En juillet, l’Assemblée constituante a approuvé un projet de constitution ; ce processus était en cours depuis 2014. Aucune date n’avait été fixée à la fin de l’année pour le référendum sur la Constitution. En septembre et en novembre, les États- Unis ont procédé en Libye, notamment au sud de Syrte, à plusieurs frappes menées au moyen d’engins télécommandés (drones) et visant le groupe armé État islamique (EI). En mai, le groupe armé Ansar Al Charia en Libye a annoncé sa dissolution. En septembre, le Conseil de sécurité des Nations unies a prolongé jusqu’au 15 septembre 2018 le mandat de la Mission d’appui des Nations unies en Libye (MANUL). Le nouveau représentant spécial de l’ONU en Libye, Ghassan Salamé, a présenté sa feuille de route pour ce pays, qui prévoyait notamment de modifier l’Accord politique libyen conclu sous l’égide des Nations unies, de réunir un congrès national, et d’organiser des élections législatives et présidentielles en 2018. En décembre, le Conseil de sécurité a réaffirmé son soutien à l’Accord politique libyen, qu’il considérait comme le seul cadre viable pour la période de transition.

Posté par hassancheyeb à 17:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 février 2018

Mon vol en hélico

Je suis un habitué des avions de ligne (je voyage chaque mois pour le travail), mais croyez-le ou non, je n'avais encore jamais essayé le vol en hélicoptère. Jusqu'à la semaine dernière, où un ami m'a invité à le rejoindre à Lille pour effectuer mon baptême. Et croyez-moi, il n'a pas fallu me le dire deux fois ! Et je n'ai pas regretté, car l'aventure s'est avérée plutôt sympathique de bout en bout. Pour commencer, le confort était au rendez-vous : contrairement à ce que je pensais, on a plus de place dans un hélicoptère que dans un avion (et c'est important, le confort, à mon grand âge :p).Il y a évidemment un casque qui est livré au départ, mais il n'est pas obligatoire. Néanmoins, à moins d'avoir un brushing extrêmement fragile à protéger, il est préférable de le mettre sur les oreilles (le casque, pas le brushing) si vous ne souhaitez devenir sourd ; parce qu'avec le boucan que font les rotors, vous devrez brailler pour vous faire entendre sans micro ! En revanche, et assez paradoxalement, le vol est quant à lui bien plus calme qu'à bord d'un avion. Pour vous dire à quel point, j'ai mis quelques secondes avant de réaliser que l'appareil avait déjà décollé ! Pendant le vol en lui-même, les secousses sont aussi très discrètes, et au final, on peut vraiment profiter du décor. Parce que clairement, l'intérêt de ce vol réside dans la vue. Contempler le monde depuis les hauteurs est une expérience vraiment impressionnante. Je connaissais déjà Lille, mais je l'ai vraiment redécouvert en l'admirant de là-haut. Le monde prend des allures de maquette, vu ainsi, et les humains deviennent semblables à des fourmis. L'expérience est assez étonnante. Et l'hélicoptère permet en outre de profiter pleinement du décor, car on trouve des vitres de chaque côté : en haut, sur les côtés et même en bas ! Le seul point négatif, finalement, c'est que les photos ne rendent pas du tout justice au paysage. A tel point que si vous effectuez un jour un vol en hélicoptère (que ce soit à Lille ou ailleurs), je vous invite à ne pas prendre votre appareil photo. J'ai passé une partie de mon temps à essayer de prendre de bonnes photos, et non seulement je n'ai pas réussi, mais je suis aussi passé à côté d'une partie de l'expérience, du coup ! Davantage d'information est disponible sur le site de l'agence de baptême en hélicoptère. Suivez le lien.

Posté par hassancheyeb à 11:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

L’importance de l’histoire écrite

L'importance de l'histoire écrite pour le peuple peut facilement être comparée à l'importance d'un journal pour l'individu. Il fournit des données pour les souvenirs, des points de comparaison entre le passé et le présent. Mais comme la plupart des journaux et des auto-biographies montrent un manque d'auto-analyses simples, sincères et simples, l'histoire montre rarement une représentation des faits, de la vérité, de la réalité. La façon dont l'histoire est écrite dépend entièrement de la finalité des écrivains et de ce qu'ils espèrent accomplir. Cela dépendra entièrement de la sincérité ou du manque de sincérité, sur l'horizon large ou étroit de l'historien. Ce qui passe comme histoire dans nos écoles, ou livres inventés par le gouvernement sur l'histoire, est une falsification, une déformation des événements. Comme le vieux drame centré sur la figure impossible du héros, avec une foule gesticulante à l'arrière-plan. Les charlatans de l'histoire ne parlent que des «grands hommes» comme Bonaparte, Bismarck, Deweys ou Rough Riders comme chefs du peuple, tandis que les seconds servent de cadre, de refrain, hurlant les louanges des héros et fournissant aussi leur argent de sang. pour les caprices et les extravagances de leurs maîtres. Une telle histoire ne fait que produire la vanité, l'impudence nationale, l'arrogance et la stupidité patriotique, qui fleurissent dans notre grande République. Notre but est d'enseigner une conception différente des événements historiques. Pour les définir comme une lutte toujours récurrente pour la liberté contre toute forme de puissance. Une lutte qui résulte d'un désir inné d'expression de soi et de la reconnaissance de ses propres possibilités et de son attitude envers les autres êtres humains. L'histoire signifie pour nous une compilation d'expériences, à partir de laquelle l'individu, aussi bien que la race, comprendra comment façonner et organiser le mode de vie le mieux adapté pour faire ressortir les qualités les plus fines et les plus fortes de la race humaine.

Posté par hassancheyeb à 11:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 décembre 2017

Balade en ULM

Le mois dernier, j'ai effectué un vol en ULM à Corbeny. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, mais j'ai été sous le charme tout du long. En expliquant cette virée à mes amis, pourtant, l'un d'eux m'a dit qu'il valait mieux en profiter tant que c'était possible. En effet, pour lui, il sera bientôt impossible de vivre ce genre d'expérience, du fait du dérèglement climat. A cause des ouragans de plus en plus fréquents, les déplacements aériens deviendront forcément chaque année plus dangereux... Autant vous dire que son idée m'a bien fait rire ! Ce qui est fou, c'est que cette erreur est partagée par pas mal d'individus ; beaucoup sont convaincus que les catastrophes naturelles deviendront plus nombreuses avec le changement climatique. Alors certes, cette année, nous avons eu Harvey, Jose, Irma, Maria... Cependant, dire que le réchauffement climatique en est responsable est absurde. Le nombre d'ouragans ne croît absolument pas ; c'est même le contraire, puisque depuis une dizaine d'années, il est en baisse ! Et les modèles informatiques qui simulent le climat nous apprennent que nous n'aurons pas plus d'ouragans à l'avenir. Néanmoins, ceux que nous aurons seront clairement plus agressifs que ceux d'avant. Surtout, il faut assimiler l'idée que les ouragans, au-delà des ravages qu'ils font, sont nécessaires à notre écosystème : ils sont en effet capitaux pour réguler le climat, puisque ce sont de vraies soupapes de sécurité permettant d'évacuer le surcroît de chaleur cumulée vers les régions polaires. L'eau de mer perd ainsi quelques degrés après chacun de leur passage. Enfin bref, les ouragans représentent un système de climatisation naturel. Et si on peut être naturellement affecté pour les îlotiens qui endurent ces fléaux naturels en ce moment même, il faut bien comprendre qu'il n'y a rien d'anormal là-dedans : les ouragans ne se multiplient pas et malgré les apparences, ils aident à garder notre planète à température ambiante. Quoi qu'il en soit, j'ai adoré ce vol en ULM. Si vous n'avez jamais tenté l'aventure, ne passez pas à côte de ça ! D'ailleurs, voici le site par lequel je suis passé. Plus d'information est disponible sur le site de l'agence de voyage de ce vol en ULM à Corbeny. Cliquez sur le lien.

 

ulm15

Posté par hassancheyeb à 13:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2017

L’illusion de la « renaissance » nucléaire

Cette stratégie repose d’abord sur l’idée qu’un marché dynamique et porteur s’offre au nucléaire français en Europe et dans le monde. La dimension exportatrice a de longue date constitué une part importante de la justification d’un programme historiquement associé à la reconquête par le pays de sa grandeur internationale. Depuis la fin des années quatre-vingt-dix, l’industrie nucléaire française entretient ainsi l’idée que l’énergie nucléaire est la seule susceptible de répondre à des besoins énergétiques mondiaux en forte croissance en produisant massivement de l’énergie non carbonée. Elle a théorisé la reprise des commandes de réacteurs du début des années deux-mille comme une formidable « renaissance » du nucléaire, revendiquant d’en occuper le premier plan. Encouragée par le caractère massif, et donc plus visible, des projets nucléaires par rapport au développement beaucoup plus diffus des énergies renouvelables, elle impose l’idée que ces dernières sont condamnées à un rôle d’appoint. Cette vision est de plus en plus éloignée de la réalité. Après avoir atteint un pic de 17,6 % de la production mondiale d’électricité au milieu des années quatre-vingt-dix, le nucléaire a vu sa part décroître à 10,8 % en 2014. Entre 2000 et 2014, la capacité nucléaire en service n’a augmenté que de 7,5 %, soit environ 7 fois moins vite que l’ensemble de la capacité de production électrique mondiale (si l’on déduit les 48 réacteurs arrêtés durablement au Japon, la capacité nucléaire a même diminué de 6 % sur cette période). Ce déclin du nucléaire est appelé à s’accélérer dans la mesure où les nouvelles constructions de réacteurs, entre 65 et 70 selon les décomptes, ne sont actuellement pas assez nombreuses pour compenser les fermetures d’un parc mondial vieillissant (439 unités exploitées depuis plus de 29 ans en moyenne). Les investissements dans la production nucléaire ne représentent en moyenne, depuis 2010, que moins de 10 Md$ par an dans le monde. En comparaison, les énergies renouvelables connaissent une dynamique très forte. Elles représentent sur la même période (2000-2014) des investissements supérieurs à 150 Md$ en moyenne, et leur part dans la production mondiale d’électricité, en croissance continue, atteignait 22,8 % en 2014.

Posté par hassancheyeb à 09:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 novembre 2017

Jeunesse et terrorisme

Aviez-vous déjà fait le rapprochement entre la violence dans le monde et la courbe démographique ? Moi, pas. Jusqu'à tout récemment, en fait. Mardi dernier, je suis allé à Reykjavik en Islande où se tenait un meeting absolument captivant. Celui-ci offrait un éclairage différent sur l'actualité en démontrant que la plupart des problèmes du Moyen-Orient se résumait en fait fondamentalement à une simple question démographique. La répartition démographique permettait d'expliquer l'instabilité récurrent dans certaines régions. Le problème puiserait en fait ses racines dans le Youth Bulge. En effet, une population dotée d'une croissance rapide conduit à une hausse importante du nombre de jeunes dans celle-ci. Mais cet excès de jeunesse, comme tout excès, est à l'origine de bien des maux. Les chances pour un jeune de trouver un travail sont ainsi plus faibles. Autrefois, bon nombre seraient morts avant quatre ans. Néanmoins, comme le taux de mortalité infantile a décru, ils atteignent l'âge adulte, et cette élévation brutale du nombre de jeunes est implacablement accompagnée par un boom du chômage des jeunes. Le taux de chômage est ainsi traditionnellement cinq fois plus fort dans les pays en développement chez les jeunes que chez les autres. La précarité économique des garçons affaiblit également leur position pour un éventuel mariage. Rejetés et sans avenir, il suffit alors qu'une idéologie radicale leur donne des perspectives d'avenir pour qu'ils s'y engouffrent. A l'échelle du monde, la transition démographique réduit les chances de conflits. Mais à ce jour, de nombreux pays comptent encore un excédent de jeunes. Des pays comme le Congo et l'Iran resteront donc encore quelques années des points de tension géopolitiques du fait de la jeunesse de leurs habitants. Cette explication a mis à mal l'idée qui voudrait que certaines cultures soient plus violentes que d'autres. Une idée à laquelle je n'adhère absolument pas mais que j'entends souvent. En définitive, une plus grande stabilité militaire ou géopolitique dans le monde est moins liée aux réformes et à la démocratisation qu'on voudrait le penser. Bien qu‘il s'agisse évidemment d‘éléments nécessaires pour garantir la stabilité d'une société, le véritable changement commence à partir de la pyramide des âges: une transition démocratique nécessite une transition démographique. Une fois n'est pas coutume, j'aimerais enfin remercier l'agence qui a organisé ce meeting. J'ai tout particulièrement apprécié leur efficacité, car ce meeting a été un succès de bout en bout. En savoir plus en suivant le lien sur le site du spécialiste renommé de ce séminaire en Islande.

Posté par hassancheyeb à 12:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2017

Volkswagen : en campagne contre le changement

Malgré la demande explicite émanant aussi bien des consommateurs que des entreprises, Volkswagen mène activement campagne contre une évolution de la politique européenne, par le biais de l’ACEA (l’Association des constructeurs européens d’automobiles, l’un des groupes de pression les plus influents d’Europe). Dans un courrier daté du 1er février 2011, Volkswagen explique, suite à la demande de Greenpeace, sa position vis-à-vis du passage à un objectif de réduction de 30 % des émissions européenne. Le constructeur affirme que cette initiative « menacerait les emplois et entraînerait la désindustrialisation de l’Europe », reprenant des termes déjà utilisés lorsqu’il s’opposait à l’introduction des normes d’efficacité énergétique aujourd’hui en vigueur. Le jugement de Volkswagen était alors erroné, et sa position actuelle vis-à-vis de l’objectif de réduction des émissions est en contradiction avec les conclusions d’analyses menées par de nombreux organismes reconnus : une revalorisation de l’objectif européen pourrait notamment créer des emplois, renforcer les investissements et entraîner une hausse du PIB. Toutefois, le groupe Volkswagen semble de plus en plus isolé. D’autres constructeurs, comme General Motors (GM), semblent en effet adopter un point de vue différent. Par exemple, si le groupe américain affirme « ne pas être en position de s’exprimer au nom d’autres entreprises et, par conséquent, ne pas avoir de point de vue sur le passage à un objectif de réduction de 30 % », il déclare aussi par ailleurs être « d’accord avec la nécessité de réduire davantage les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur du transport routier », et « participer aux politiques et législations de l’Union européenne visant à développer une stratégie pour décarboniser [sic] les transports d’ici à 2050 ». Par ailleurs, le constructeur français Renault a affirmé qu’il entend « apporter son soutien à la Commission européenne afin d’évaluer les possibilités, les avantages et les impacts sur la compétitivité d’un passage de -20 % à -30 % ». L’alliance Renault-Nissan est membre de l’organisation britannique Prince of Wales’ EU Corporate Leaders Group on Climate Change, dont la mission est « de diffuser le soutien du monde de l’entreprise en faveur du passage à une société européenne émettant peu de carbone et ayant peu d’incidence sur le climat, et de travailler en partenariat avec les institutions de l’Union européenne pour garantir la mise en place des interventions politiques indispensables à l’avènement d’une telle société ». Renault a signé une déclaration commune soutenant une revalorisation de l’objectif de réduction des émissions européennes pour 2020. Cependant, le constructeur français ne s’est pas encore déclaré ouvertement en faveur d’un objectif de -30 %. Même BMW, marque haut-de-gamme, affirme apporter les changements nécessaires à son parc de véhicules afin de « contribuer de façon substantielle à l’objectif de réduction des émissions de CO2 de 20 %, actuellement en vigueur dans l’Union européenne. ». Ce constructeur déclare également que « l’objectif de 30 %, en cours de discussion en Europe […] peut être réalisable à condition que d’autres secteurs industriels assument leur part du travail de façon équitable, et que les responsables politiques de chaque État membre redoublent d’efforts pour travailler ensemble de façon plus intégrée. »

Posté par hassancheyeb à 10:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2017

A Barèges: motoneige

Ma femme et moi sommes très différents. Par exemple, elle n'adore rien tant que l'été, pour pouvoir dorer sur le sable à longueur de journée. Moi, c'est le contraire : c'est l'hiver que j'attends toujours avec impatience. Et, cette année, j'ai décidé de taper fort, en faisant toutes les activités de glisse possibles. Je viens d'ailleurs d'ouvrir le bal. La semaine dernière, j'ai en effet réalisé une randonnée en motoneige à Barèges. Curieusement, je n'avais encore jamais essayé ce sport mécanique. Je n'en voyais pas trop l'intérêt. Même en y allant, d'ailleurs, je pensais que ce ne serait pas très intéressant. Mais je dois dire que je vois les choses d'un autre oeil, depuis cette petite escapade. La motoneige offre de bonnes sensations de glisse, et je ne regrette pas de m'être laissé embarquer dans l'aventure par mes amis. Cette activité bien sympathique m'a d'ailleurs remis en tête un vieux rêve. A chaque fois que je fais une activité liée à la neige, je me demande pourquoi nous ne déménageons pas à la montagne. Je nous vois vivre dans un petit chalet isolé, loin de tout. Evidemment, c'est une vue de l'esprit : mon épouse préfèrerait se manger un bras plutôt que de vivre loin de la ville. C'est une citadine pur sucre, et elle ferait une crise d'épilepsie si elle devait s'éloigner de ses chères boutiques. C'est sidérant, quand on y pense, que nous arrivions à vivre ensemble. Moi l'ancien campagnard, et elle qui a vu sa première vache à presque vingt ans. On dit que les contraires s'assemblent : dans ce cas, peu de couples sont aussi solides que le nôtre ! :) En tout cas, si vous n'avez jamais tenté la motoneige, je vous invite vraiment à essayer. Tenez, je vous mets en lien le site où j'ai trouvé cette randonnée à Barèges. Le parcours qu'on a pu y faire était très intéressant : à certains moments, on avait carrément l'impression d'être seuls au monde. Ce qui fait que j'ai adoré... et que ma chère et tendre a détesté, bien sûr ! A lire sur le site internet de ce randonnée en motoneige à Barèges.

 

motoneige (2)

Posté par hassancheyeb à 16:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,